Le scandale et le nu #1

posted in: Articles | 0

Le nu, thème classique de la peinture et de l’art européen depuis l’Antiquité a été traité de multiples façons par d’innombrables artistes.

Des études anatomiques de Léonard de Vinci, de La Naissance de Vénus de Botticelli au Nu Bleu de Matisse, en passant par L’origine du Monde de Gustave Courbet, les Demoiselles d’Avignon de Picasso, la série Made in Heaven de Jeff Koons ou l’œuvre de Lucian Freud, chaque époque, chaque sensibilité, a éclairé ce sujet éternel et inépuisable, d’une façon particulière.

Le nu est depuis toujours et encore aujourd’hui, source de scandale quand le public trouve en lui un caractère trop érotique.

L’interprétation du caractère érotique dépend du contexte de l’époque, ce ne sont pas toujours les mêmes éléments qui choquent.

Voici quelques exemples d’œuvres scandaleuses !

 

La fameuse Olympia d’Edouard Manet est refusée au célèbre Salon en 1863, quand elle est enfin exposée deux ans plus tard elle fait l’objet d’une vive polémique.

Pourtant, à l’époque, la nudité féminine est déjà représentée au travers de nymphes ou de créatures mythologiques.

Ce qui choque dans le tableau de Manet ce n’est pas tellement le fait qu’Olympia soit nue, mais plutôt qu’elle soit vraisemblablement une courtisane qu’elle regarde le spectateur en assumant pleinement sa nudité.

Un an plus tard, en 1866, Gustave Courbet réalise une œuvre encore plus scandaleuse.

Tellement scandaleuse, qu’elle devra attendre, pas deux ans mais 125 ans avant d’être exposée (en 1991) !

Pendant ce temps L’Origine du Monde vécut une vie clandestine, parcourant les salons des collectionneurs de tableaux érotiques.

Cette représentation du sexe féminin sans aucun autre élément représentant le modèle, fait toujours débat.

Le tableau est désormais exposé au musée d’Orsay à Paris mais jusqu’en 2015 l’image était censurée par Facebook.

En 1917 Amedeo Modigliani finalise une de ses ouvres majeures : le Nu Couché.

Le lendemain du vernissage de son exposition dans une galerie parisienne, la police vient décrocher les tableaux pour outrage à la pudeur.

La raison de la censure aurait été la présence de poils pubiens, comme l’expliquait le commissaire de police « Ces nus, ils ont des poils ! »

Cette peinture a été vendue en 2015 chez Christie’s à New York, à un collectionneur chinois, pour une somme de 170,4 millions de dollars.

A l’instar de Facebook avec le tableau de Courbet, certains médias anglo-saxons ont censuré la publication de l’image du Nu Couché.

Cache Cache

Un de mes tableaux, Cache-Cache, a été aussi l’objet d’une polémique en 2013 à Luxembourg.

Lors de l’exposition, une dame d’un certain âge a trouvé le tableau dérangeant et s’est mise à le frapper avec sa canne !